mercredi 16 octobre 2013

Être mère #5 : C'est pleurer de joie quand les livreurs sonnent à la porte

J'exagère à peine. Je leur aurais baisé les pieds. Voué un culte. Tout ce que tu veux.
La semaine dernière, ma machine à laver a rendu l'âme. Le genre que tu peux pas ignorer. Genre ta machine, tu la lances, et elle refuse de tourner. Comme ça. Ok, d'accord, elle avait donné des signes de faiblesse. De bruit d'avion, elle est passée à un bruit de fusée. Pendant 2 jours, elle a fait la fusée. Et le 3ème jour, elle m'a tout simplement envoyé paître. J'ai été paître des billets de banques du coup. Pour en acheter une neuve.

Que j'ai attendu. Attendu, attendu, attendu. Bon, ok, pas tant que ça. Maximum 10 jours. Mais t'imagines?! Avec un bébé ?! Un bébé, qui plus est a décidé de faire la relou et de tartiner consciencieusement pas mal de pyjama et de bodies. Puis quand t'as un deuzan, c'est sympa aussi. Tu sais, un deuzan qui ne mange pas avec des couverts, mais avec ses mains (qu'il colle partout. Sur ses vêtements propres, sur toi, ton linge de maison, sa soeur...)... Bref, la JOIE à l'état pur. Heureusement pour nous, on a du linge. Pas forcément joli en ce qui concerne le doudou hein, mais qui va sur ses fesses et lui tiennent chaud.

Donc j'ai attendu cette machine. Avec ardeur. Impatience. En sautillant. En rêvant à ma pile de linge qui diminuerait. A mon linge qui sentirait bon la lessive et qui sécherait dans mon salon.

Et cet après midi, à 15h20, mon souhait a été exaucé. Les livreurs sonnaient. Montaient ma machine à laver. L'installaient. Et repartaient avec l'ancienne et les emballages de la neuve. Seule trace de leur passage, un peu de terre, un peu de rouille, et une machine neuve trônant dans ma buanderie. Je lui ai tourné autour une bonne heure avant de la lancer. Et là, elle fait son 3ème cycle. Pendant que les deux autres sèchent. Je les ai étendu limite avec amour, moi qui déteste ça d'ordinaire. Sentir du linge propre. Se dire que ça y est, la maison va pouvoir retrouver ses petites habitudes vestimentaires. La Bullette va pouvoir ruiner des pyjamas et des pyjama et des pyjamas, j'aurais plus la hantise de 'et comment je vais faire? A la main, c'est vraiment trop galère'. Eh nan. Dans la machine et roulez jeunesse !





Être mère, donc, c'est avoir l'impression que Noël a été avancé tout ça parce que tu as un nouvel appareil électroménager. Mais c'est aussi avoir envie de pleurer quand il te lâche. Et pourtant, je pensais pas qu'un jour, je serais ce genre de femme. Et pourtant....!

Et toi, t'es ce genre de mère aussi ?



C'était ma participation aux Être mère de Babidji, Foxymama et Petits Diables !

Bon mercredi, je t'embrasse !
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. j'ai eu peur ... au début du poste 'ai cru que tu faisais un remake d'une pub zalando ;) quand je vois en Inde les nanas qui lavent le linge à la main dans les rivières je me dis à chaque fois mais comment font-elles (surtt que lorsque j'allais là bas la moitié de l'année je lavais aussi mes fringues à la main mais juste les miennes !!! pas avec 6 gosses et un mari à la maison) ... les petits plaisirs essentiels de la vie ! moi j'ai savouré quand j'ai eu ma grosse machine et que je n'étais plus obligée d'en faire jusque 3 par jour ;) merci pour ta savonneuse participation :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'é"tait presque du Zalando, mais dans ma tête... XD Punaise, tu m'étonnes...! A la main...! Je me rappelle une fois, avec ma mère, on a emménagé dans une maison où y avait pas encore d'elctricité, et ça a duré un bout de temps. On l'a fait, ma soeur et moi. Pour toute la famille (6 donc) On a cru mourir....! Plus JAMAIS ! x)
      Bon par contre, la mienne est une 5 kilos donc 2/3 machines par jour, ça arrive x)

      Supprimer

Et toi, tu en penses quoi ?