mercredi 23 juillet 2014

Visite post opératoire




Vendredi 18, on avait rendez-vous avec le chirurgien qui a opéré la Bulle pour voir où on en était.


Il faisait (très) chaud, la Bulle était joliment habillée... 30 minutes de route. On part en avance, pour être sûrs d'être à l'heure. Et on a bien fait ! Dans la voiture, gros vomito. Une habitude en ce moment. On ne sait pas trop si c'est la chaleur, la voiture, la conduite... Toujours est-il que c'est la 3ème fois qu'elle vomit en voiture, super pratique (la dernière fois juste avant de prendre le train pour aller au mariage de ma soeur, obligée de la mettre en pyjama, il faisait trop froid pour la mettre en robe -_-u ) . Je la mets en couche du coup (bah oui, je suis tellement super prévoyante que je prends jamais de change. Mais je sais pas pourquoi, je sens que ça va changer!), la robe dans le coffre pour pas mourir asphyxiés. Je cherche déjà comment expliquer ça au secrétaire (adorable) et au médecin. Puis en plus, il fait pas vraiment chaud dans la salle du cabinet, y a la clim. C'est bien agréable, mais pour une petite fille en couche, ça craint.... Finalement, on arrive avec presque une demi heure d'avance, J'avais prévu de l'eau pour le voyage, avec cette chaleur. Heureusement, parce que du coup, j'ai rincer sa robe en frottant avec de l'essuie-tout. Reste une petite odeur, mais rien de bien méchant (et pourtant je suis anti vomi, je m'y mets très vote aussi...!). Ouf, ma fille ira pas toute nue. Je me fiche du regard des autres en général, mais quand y a mes enfants en jeu, j'ai vite peur de passer pour une très jeune  mauvaise mère (rapport à ma tête de bébé, tout ça! Nan parce que je t'ai pas dit, au mariage de ma soeur, la photographe et la maquilleuse ont été choquées quand j'ai dit que j'avais deux enfants : elles me donnait 20 ans grand max. Nan, 26 en novembre....). Ma fille est donc un peu mouillée, mais habillée, ouf !

Mon beau père n'entre pas dans la salle d'attente avec nous et préfère rester sur l'étage vitré avec des canapés bien confortables. La clim est carrément moins forte que dedans, mais bon... Je me présente au secrétaire, qui dit d'abord bonjour à Ambre (bah, après tout, ce sont eux qui ont rendez-vous et pas les parents!) qui s'accroche à moi comme si mon intention était de lui donner! Mais non, c'était pas prévu au programme... Je vais m'asseoir en attendant mon tour, et je vois deux femmes sortir du cabinet du chirurgien, avec deux enfants, un grand et un bébé. La voix de celle avec le bébé m'est familière, mais bon, ça arrive ce genre de chose. Sauf que son petit garçon me dit lui aussi quelque chose. Puis son profil à elle... C'est pas la maman qui était dans la chambre d'en face le jour où la Bulle s'est faite opérée ? On avait sympathisé. Comme elle ne restait que quelques heures, elle n'avait pas prévu de jouets pour son petit (qui avait 7 mois) et moi, comme je restais 5 jours, j'en avais prévu, et pour qu'il pense à autre chose, je lui avais prêté des jouets. Je passais la voir régulièrement, pendant que la bulle était au bloc pour voir comment elle allait, elle était en larmes de voir son tout petit souffrir comme ça... La pauvre.... Je ne pouvais que comprendre, vu la première "opération" de la Bulle et j'imaginais quand je la récupérerais.... Bref, solidarité maternelle quoi. donc oui, j'étais certaine que c'était elle. Je me lève pour aller lui taper sur l'épaule. Sauf que j'ose pas, je reste debout à regarder les tableaux au mur avec la Bulle. J'attends qu'elle se retourne. Et oui, quand elle se retourne, elle me reconnait aussi. On parle quelques instants. Son fils non plus ne fait plus ses nuits depuis l'opération, mais il va très bien, et c'set le principal! On se dit que comme ils ont été opérés le même jour, c'est normal qu'on se retrouve ici ce jour là, même si on s'était souhaité de ne jamais se revoir....! On se re-souhaite la même chose, parce que même si elle est très gentille, se revoir signifie que nos enfants ont un problème, et ça, forcément...

Vient enfin notre tour d'être reçues dans le cabinet. Le chirurgien est toujours aussi avenant, gentil et accessible. Un des rares soignants que je connaisse qui est humain et à qui on n'a pas peur de parler, de poser des question. Alors oui, c'est un homme pressé, ses consultations sont toujours rapides. Mais il répond toujours à nos questions, et quand la consultation est finie, on ne sort pas avec l'impression de s'être fait jeté dehors, mais confiants et rassurés (même quand il t'annonce que oui, y aura finalement opération...!). Il regarde rapidement les clichés en me disant que tout va bien, que la vessie n'a même pas de cicatrice. Puis il demande à ausculter la Bulle. Qui n'a pas très très envie. Voire qui se met à hurler en fait. Il a tâté son ventre, pour vérifier que tout est bien à sa place (mais comment fait-il?!), et 2 minutes de hurlements après (mais mamaaaan! Il me touche! Je suis plus dans tes bras, OSCOUUUUUUUUUUUUUUUURS!), je récupère ma Bullette pleine de larmes, qui se calme instantanément.

Tout va bien, tout est parfait.

Je lui avoue que je m'étais préparée au pire. Que j'avais peur que l'opération n'ai pas soulagé le rein. Je m'étais préparée, au cas où, à ce qu'il me dise qu'il fallait ré-opérer, qu'il fallait finalement enlever le rein supérieur (rappelle-toi, à gauche, la bulle a un rein supérieur et un rein inférieur et deux uretères). Ou pire qu'il fallait réopérer parce que tout s'était débranché, qu'on allait à l'hôpital là maintenant tout de suite. Il a rigolé tout en essayant de ne pas se moquer (si j'ai bien vu qu'il essayait quand même de faire en sorte que je me sente pas ridicule. Merci Docteur!). Non, ça ne PEUX PAS se débrancher, une fois que c'est fait, c'est fait, quand on rentre à la maison c'est que TOUT va BIEN ! Quant à enlever le rein, ça arrive même pas une fois par an!
Je lui explique donc les raisons de ma peur. Pas du tout que j'avais pas confiance en lui, au contraire, mais que les histoires rénales, c'est familial, que j'ai deux frères qui n'ont pas vécu parce qu'ils n'avaient pas d'urètre. Que le médecin avait dit à mes parents que cette pathologie n'atteignait que les garçons. Que du coup, pendant ma grossesse du Doudou j'ai flippé comme pas possible (et mes parents avec. Mon père me demandait à chaque écho comment allait ses reins, la boule au ventre. C'est d'ailleurs la première chose que je leur disais quand j'allais chez le gynéco "ses reins vont bien!" ), mais que finalement tout allait bien. Que j'étais tombée de haut quand à 37SA de la grossesse de la Bullette, le gynéco m'avait dit qu'il voyait une grosseur sur son rein gauche, mais que c'était sûrement seulement un kyste surrénal. Mais qu'après l'écho à 3 jour de vie, le pédiatre de la clinique m'avait dit qu'il faudrait enlever le rein rapidement. Je lui ai dit, que quand le pédiatre me parlait, ça allait. J'étais pétrifiée dans ma tête. Ca arrivait à quelqu'un d'autre, pas à nous. Et finalement, la puéricultrice m'a ramené à la réalité "ça va? Madame, Ca va?" et que j'avais pleuré toutes les larmes de mon corps à ce moment là d'imaginer ma toute petite à peine née sur une table d'opération.

Il m'a rassuré en me disant que non, là, normalement c'était fini. On se revoit dans 6 mois, puis après tous les ans pendant 5 ans.



Ma bulle va bien, tout va bien. Cette histoire est derrière nous, on a fait le plus dur.... Et on n'est pas mécontents que ça soit fini !

Bonne journée, je t'embrasse !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et toi, tu en penses quoi ?