dimanche 22 mai 2016

Le serpent qui se mord la queue [ou le déménagement qui tourne à l'attente interminable/ au cauchemar][HELP]



Aujourd’hui, c’est billet pas drôle. Parce que j’en ai marre. Et qu’il paraît que mon blog est une petite vitrine où je peux écrire tout ce que je veux, et que de toute manière, je crois que j’en ai bien besoin, histoire de relâcher la pression. 


La situation de départ :
L’an dernier, on a décidé de changer de région. On avait un pied à terre qui nous attendait en solution transitoire et possiblement un lit sur Bordeaux pour que mon homme puisse trouver du travail (puisque ni l’un ni l’autre n’avons le permis). Nous avons donc quitté la Moselle et notre situation (déjà) précaire pour atterrir chez ma mère le 14 février 2015


Le décor :
Nous habitions dans un appartement T2bis (avec donc une seule chambre et un simili salon). Doudou avait sa chambre, la Bullette dormait dans un placard aménagé (on fait ce qu’on peut pour que les nuits de tous soient calmes hein) et nous dans le simili salon, séparé de la salle à manger par une partie de mur mesurant à peine 1m. L’appartement était plein d’humidité partout, bref, vraiment pas le top quoi. Nous l’avons quitté pour la maisonnette que ma mère occupe dans la campagne blayaise, de 64m². Il y a donc deux chambres que nous occupons. Une pour les enfants et une pour nous. Ma mère, quant à elle, dort dans le salon. Au début sur un canapé tout sauf confortable, puis finalement par terre, sur un matelas usé et pas bien plus confortable que le canapé. A noter que ma mère, sans être vieille, n’est plus de prime jeunesse. Elle a tout de même 54 ans.

Bref. Voilà la situation globale. 

Avant de partir, nous avions envoyé des dossiers HLM histoire d’avoir un logement rapidement (je les ai envoyés en août 2014 quand même hein). Nous avons attendu quelques mois, en nous disant que maintenant, ça ne tarderait plus ! En août, il a un entretien à Bordeaux, Youpi tralala, on saute de joie. Sauf que… notre solution de secours de lit à Bordeaux n’est plus capable d’honorer son engagement… Wokay. Evidemment, il n’a pas eu le job. Nous décidons donc de nous tourner vers Blaye en désespoir de cause, je change donc nos dossiers en ce sens. En septembre, voyant que rien n’arrivait toujours, je me suis décidé à contacter une assistante sociale. On finit par nous proposer un logement. On va donc voir la personne qui s’occupe de notre dossier avant de passer en commission. Et là c’est le drame. Elle ne peut, ni ne veut faire passer notre dossier en commission. En effet, je n’ai pas de déclaration d’impôts (excusez-moi chère madame, je suis naïve : j’ai été étudiante (sur celle de ma mère) puis mère au foyer. Personne ne m’a jamais dit (jamais jamais jamais) que je devais en avoir. Ni même l’assistante sociale qui avait monté mon dossier, alors qu’elle savait qu’on n’était pas mariés ni pacsés ni rien. Et sans les deux dernières, rien à faire. Je me dis que c’est sûrement pour ça que je n’ai pas de réponse depuis tout ce temps (à noter que les bailleurs à qui j’ai envoyé tous les dossiers ne me les ont jamais demandé, qu’on avait loué un hlm sans et qu’aucune des deux assistantes sociales vues ne m’en avaient jamais rien dit….). Bref. Pleurs. Appel à l’assistante sociale qui nous assure qu’on aura les papiers direct en allant au trésor public. Ce qu’on fait. Et évidemment non. Il faut attendre 3 mois. 3 putains de longs mois.
Fin octobre, un test pipi m’annonce que notre famille va s’agrandir. Un peu la trouille, un troisième, dans notre situation…. Mais du bonheur, et re la trouille de le perdre, comme Ptit champi. Bref. Nous décidons que finalement nous allons nous rediriger vers Bordeaux, parce que finalement, c’est plus pratique niveau hôpital et boulot. L’assistante sociale reste muette malgré les essais pour la contacter. Fin décembre, les papiers des impôts arrivent enfin (allélujah !). Mais pour le reste, toujours rien. Ca fait presque un an qu’on vit à 5 les uns sur les autres. C’est dur. Surtout que je suis enceinte, je vomis toute la journée, je suis épuisée et les enfants… les enfants sont des enfants en bas âges enfermés en hiver. DUR quoi. (Ah ouais, j’ai pas précisé : nous n’avons pas le permis, et ma mère plus de voiture. Tout se fait donc en bus. Oui oui. Même les courses.). A force de harceler le secrétariat de l’assistante sociale (non seulement moi, mais ma mère également) une secrétaire nous redirige vers la mission locale.
En janvier, rendez-vous donc au CCLAJ de la Haute Gironde à Blaye, où j’explique tout bien ma situation. On met en place donc un dossier d’urgence (de son petit nom Contingent Prioritaire). Elle me dit que dans les 15 jours, max 1 mois, un bailleur de référence serait désigné. Il finit par l’être (au bout d’un mois, hein, évidemment). Elle m’assure que la procédure est très rapide. Environ 1 mois supplémentaire. Ouf, je suis contente, j’ai enfin l’impression de faire quelque chose. Le mois d’après, je sors du rendez vous en pleurs. Ce rendez-vous n’a servi à rien. Elle m’a fait remplir un dossier que j’avais déjà rempli, passer un coup de fil inutile, et le délai est passé à 3 mois. Bien bien. Sauf que rappelle-toi, je suis enceinte. On est en février (ou mars) et je dois accoucher en juillet.
A l’issue de ce rendez-vous, j’envoie un mail à la mairie de Pessac (qui m’envoie des mails depuis 2014 pour des événements sur leur ville) et à celle de Bordeaux via un formulaire de leur site. On me donne finalement un rendez vous avec une élue à Pessac. 10min grand max pour un trajet de 2h aller/ 2h retour enceinte de 6 mois. Youhou. Dans les jours qui ont suivi, un appel de la mairie de Bordeaux voulant savoir si ma situation a changé. Non madame, on est toujours dans la merde la plus noire. La semaine d’après, un courrier de Pessac et de Bordeaux pour me dire que « t’inquiète, quand tu passes en commission, on appuie ta demande hein ! ».
Ma référente au CLLAJ de haute gironde me demande de contacter le CCLAJ de Bordeaux. On s’y déplace à 3, mon homme, la bullette, et moi (et Arc-en-ciel, évidemment). On nous dit heu… qu’on a fait tout ce qu’on pouvait faire en fait. Que maintenant, faut attendre.
On attend.
On attend.
Ca devrait arriver maintenant non ? Pis non, toujours rien. Je surveille mes mails toute la journée, la boîte aux lettres…. (à noter que ma référente m’a dit que je n’avais le droit que de la contacter elle, que j’avais pas le droit de contacter le bailleur de référence ni rien.) Mais tout reste désespérément vide. Je finis par la recontacter. Sans effet. Pas grave, je suis un peu têtue, je renvoie mon mail tel quel. Oh, réponse, faut que je la rappelle le lendemain. Elle m’a refilé les « contacts » (j’appelle pas vraiment contacts des gens que tu peux pas joindre…) et en gros « Bon ben, tu me tiens au courant quand ça marche pour toi hein ! ».
Dans la foulée, j’ai trouvé une adresse (commission de médiation, un truc du genre) , j’ai envoyé un courrier à faire pleurer dans les chaumières. Réponse hier ? « On a eu ton courrier. Finalement le délai c’est 6 à 9 mois. J’espère que ça t’aide, bisous. »  (colère, larmes, envie de tout balancer toussa. Ca m’a aidé ouais, à faire sortir ce que je retenais depuis des mois. Merci les gars.)
Ah oui, et entre temps, évidemment, j’ai surfé sur le bon coin, mais les réponses sont rares et celles que j’ai…étrangement, ça coince….

Voilà donc. Je suis enceinte de 34SA. Dans 3 semaines ma fille sera mûre pour sortir de son nid (même si elle a potentiellement 4 semaines de plus in utero, mais personne ne peut planifier sa sortie). Nous vivons entassés chez ma mère et étrangement, elle ne se voit pas accueillir en plus un nouveau né (parce que niveau réveils nocturnes, c’est bon, on a un chat >.<). On arrive pas à préparer son arrivée, on n’a pas encore son lit, c’est pour dire. (Merci les copines pour vos colis de linges, d’écharpe, de cadeaux qui réchauffent le cœur. Ca nous rappelle que cette petite n’est pas seulement une vague sous ma peau… !). Bref, time flies et l’angoisse monte beaucoup beaucoup beauuuuucoup trop. Sans compter que pour chaque rdv je dois aller à Bordeaux, en bus donc. 45min + mini 30 min pour arriver dans le centre. 

Qu’est ce qu'on demande en définitive ?
Un logement. Juste ça. Près de Bordeaux, là où y a des transports, que mon homme puisse trouver un boulot, qu’on puisse accueillir notre bébé dans les meilleures conditions possibles. Que ma mère retrouve sa tranquillité, que mes enfants retrouvent la quiétude (oui, parce que c’est pas de la tarte pour eux non plus, la cohabitation, ils en souffrent et sont donc insupportables). Et moi ? Moi, que j’arrête de me ronger les sangs comme je le fais en ce moment. J’ai échappé à la dépression en 2015. Pas sûre que je sois assez forte avec un bébé… j'en ai marre que tous se renvoient la balle et qu'au final rien ne change, tout le monde s'en fiche...


On en peut plus. Ceci est un appel à l’aide, tout à fait. Y a bien quelqu’un qui peut faire quelque chose qui me lira. Enfin, j’espère !

Merci de m’avoir lue jusqu’au bout, j’imagine que c’était pas de la tarte !

Bonne soirée, je t’embrasse !
Rendez-vous sur Hellocoton !

37 commentaires:

  1. J'ai partagé ton article sur Twitter, j'espère que ça pourra aider !

    RépondreSupprimer
  2. Les administrations françaises sont saisissantes de Connerie ! si j'ai bien compris,vous cherchez un logement sur Bordeaux genre T3 ou T4,un loyer n'excédant pas combien ? vous avez droit au FSL ? j'ai suivi le lien Twitter ,je ne vous connais pas mais j'ai des connaissances sur Bordeaux,on ne sait jamais ! courage ! Sasha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Oui, on a le droit au fsl, on cherche idéalement un T4, mais un T3 serait déjà top! Pour le loyer, on a donné commz marge max 700€, même si ça commencerait vraiment à être gloups à 700.
      Je pige pas leur système "d'urgence" j'avoue. On est pas sous un pont, mais quand même oO
      Merci mille fois !

      Supprimer
  3. GeorgetteGéhin22 mai 2016 à 23:19

    Ton article est touchant, il m'a rappelé des souvenirs car il y a quelques années nous avons eu la même galère. Aujourd'hui c'est mieux pour nous et puis mes enfants ont quitté le nid. Il n'y a qu'une chose à se dire pour tenir
    ça peut pas être pire, c'est un mauvais passage. Je suis à l'autre bout de La France et je ne connais qu'une personne sur Bordeaux, je ne peux que lui transférer ton message. Mais je te souhaite beaucoup de courage. Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah c'est sûr que pour nous, on pourra pas faire pire que 2015/2016... >.< on a tellemznt hâte que ça soit derrière nous....!
      Merci beaucoup !

      Supprimer
  4. J'ai retweeté. Je te souhaite bien du courage, même si je ne te connais pas, et j'espère que ton cri du cœur t’aidera à trouver.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu et retweeter aussi vite votre appel très touchant.j'ai envoyé également à plusieurs tweets.En espérant que votre situation change rapidement. courage!Tous solidaires!
    Une maman dans le 59

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'Espère vivement,sincèrement, que les choses vont bouger pour vous!Que ce soit logement,travail......Que votre belle petite famille👪 est son petit nid douillé,que le soleil🌞 rayonne au dessus de vous..Solidaire,parce que maman,touchée par votre appel à l'aide........donc je continue de tweeter @CarineRedinger pour vous (sauf si vous ne le souhaiter plus, bien sûr)😉💋💙

      Supprimer
  6. Je viens de lire votre message qui circule sur Twitter, même les personnalités vous relayent. Bon courage et tout et tout. Je fais passer à un ami sur Bordeaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ♥ j'ai vu ça... J'en reste sans voix!

      Supprimer
  7. Comme je te comprends et je t'envoie tout le courage du monde! Te lire me ramène à ma situation. On vit depuis un peu plus de 3 ans dans un studio avec notre fils de 3 ans. 32 m2 à partager et 41 mois à dormir tous les 3 dans la même pièce qui est aussi la cuisine et le salon. Des nuits d'été dans le noir car fiston se couche à 20h. L'impossibilité d'envisager un deuxième bébé dans ces conditions. Mon mari papa au foyer un peu forcé car être musicien à Paris c'est compliqué, surtout quand on est anglophone.
    Enfin je passe toutes les complications liées à cette situation. Aujourd'hui on est chanceux, au moment où on a trouver un logement décent à acheter, le bailleur nous propose un logement plus grand (plan B l'achat foire). On aura attendu 3 ans et on se sera battu mais on y est arrivé. Je suis sûre que ça va se débloquer. Je ne connais personne sur Bordeaux mais je partage. Encore une brouette de courage et d'ondes positives!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Omg. Ça a vraiment pas du être facile du tout >.<
      Merci pour tout ♥

      Supprimer
  8. Bon courage ! J'ai été dans la même situation enceitne de ma doudou. La seule chose que l'asssitante sociale pouvait faire pour nous c'est de dire à mon ami : "arrêtez de travailler, vous gagnerez plus avec les aides"... OK. Bon ba, ça fait 5 ans que je suis sur liste d'attente d'un HLM dans la 94, heureusement que j'ai des parents géniaux et un boulot qui est arrivé au bon moment.
    Heureusement que nous sommes capable de nous serrer les coudes ! Je ne connais personne sur la région bordelaise mais je partage, il suffit d'un contact.
    Aller, je suis sûre que le pire est derrière vous. Une nouvelle vie vous attend avec petit bébé, dans un logement pour vous construire comme une famille :-)
    Plein de bisous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pire c'est que même avec les aides, la vie est loin d'être aisée oO. Les gens sont bizarres de conseiller ça. Surtout que mine de rien, quand tu dis que t'as un contrat de travail, les gens ont moins d'a priori. Genre nous les AS et autres conseillers sont surpris quand ils voient que j'ai fair lettres classiques et que mon homme a un bts. C'est pas parce qu'on est dans la mouise qu'on est des débiles en vrai -_-
      Merci beaucoup pour le partage et les bonnes ondes que je reçois par ton commentaire!
      Bises ♥

      Supprimer
  9. je fais passer votre message à on amie de coeur qui habite dans la région de bordeaux, Elle y a tousses enfants, amis! Dans que profession cherche votre ami?Surtout gardez espoir, la chaîne de l'espoir est là...<3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ♥
      De base il cherche dans les grandes surfaces, mais un peu partout en vrai, tant que ça nécessite pas d'avoir le permis quoi. Pour ça que pour le moment, c'est hard: on habite à 30min (en voiture...) de bordeaux et on a pas le permis. La galère quoi....!
      Merci pour tout ♥

      Supprimer
    2. mon amie a fait suivre tes demandes, espérons que tela t'aide à débloquer cette situation!
      As-tu fait une demande e prise en charge pour que ton mari passe son permis de conduire, je ne sais plus si c'est pôle emploi ou le conseil général qui peut le prendre financièrement en charge, encore un renseignement que connaissent les services sociaux!

      Supprimer
  10. Je me sens révoltée mais tellement impuissante quand je te lis. J'espère que les services sociaux vont réussir à faire leur boulot. As-tu contacter les Habitats Jeunes du département? Il y a certains logements dédiés aux jeunes parents. Et la passerelle vers le parc hlm est facilité. Sinon, il existe à Blanquefort le collectif du Sherby qui défend le slogan: un toit c'est un droit. Piste à creuser? Ils sont trouvables sur Facebook.
    Bon courage. Je t'envoie plein d'ondes positives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu contact avec les missions locales, et niveau âge c'était déjà juste, je sais pas si on est pas trop jeune pour les habitats jeunes, faudrait que je me renseigne! (mon homme a eu 30 ans aujourd'hui même et j'en ai 27 déjà!). J'irais voir la page que tu me suggeres également! Merci beaucoup ♥♥♥

      Supprimer
  11. J'ai vraiment honte de ce pays, qui n'offre pas à tous un logement décent. MA pauvre je souhaite de tout coeur que ça se débloque. Je partage sur FB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma douce ♥ j'avoue que je suis vraiment déçue aussi de voir comme ça ne bouge pas et j'ai eu quelques éclairages... Je me doutais mais j'étais pas sûre... Mais bon... A priori notre image serait pas top quoi -_- du coup a priori on mérite moins l'aide -_- (ça me fair l'effet de "plus t'es dans la merde, moins on a envie de t'aider" mais bon...)

      Supprimer
  12. J ai partagé sur Twitter et Facebook. Je ne connais pas grand monde sur Bordeaux, mais on ne sait jamais !
    Je vous souhaite tout le courage nécessaire.

    RépondreSupprimer
  13. Je veux t'aider , comment se contacter en privé , j'habite dans le Médoc ( région de Bordeaux )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un formulaire e-mail sur la gauche du blog ^^
      Merci ♥

      Supprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas du tout. En rapport à l'élue de Pessac rencontrée tu veux dire?

      Supprimer
  15. Partager aussi sur twitter. j'éspère que ça va déboucher tout ces partages sur les réseaux sociaux.
    Bon courage a vous

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour
    Je viens de lire ton msg
    Je me sens également totalement impuissante. L administration française est à vomir et déborde d absurdité...
    Je partage sur Twitter....Je ne peux malheureusement pas faire plus n étant pas de la région bordelaise....

    Plein de courage à toi et ta ptite famille

    Anne Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! J'ai enfin eu quelques réponses aujourd'hui, je suis soulagée de savoir que notre dossier est vraiment pris en compte!

      Supprimer
  17. je vous souhaite beaucoup de courage et un joli bébé

    RépondreSupprimer

Et toi, tu en penses quoi ?